Photo

Jeu

Statistiques sur le mode de vie — Aidez votre enfant √† adopter un mode de vie sain

Quand vous étiez enceinte, vous avez peut-être parlé de vos préoccupations de santé avec votre médecin de famille, vos amis ou des membres de votre famille. Il a probablement été question :

  • de la nutrition des femmes enceintes,

  • du diabète gestationnel (diabète qui apparaît pendant la grossesse),

  • de l’allaitement,

  • du gain ou de la perte de poids.

Ces questions de santé dépendent de vos habitudes de vie au quotidien, de vos habiletés d’adaptation et des effets de notre culture et de notre environnement. Voici les faits sur la santé des femmes au Canada :

  • 3 Canadiennes sur 10 sont obèses, en grande partie à cause d’une mauvaise alimentation et d’un manque d’activité physique (Journal de l’Association médicale canadienne, juin 1992)

  • Les femmes ont 1 chance sur 4 de faire de l’ostéoporose dans leur vie, et les hommes, 1 chance sur 8 (La Société de l’ostéoporose du Canada)

  • Les maladies du cœur sont le plus grand tueur des Canadiennes (Journal de l’Association médicale canadienne, juin 1992)

  • 25 000 femmes meurent du cancer chaque année, et 4 700 meurent du cancer du sein (Statistique Canada, 1992)

L’inactivité physique est aujourd’hui perçue comme un grave problème de santé publique en soi. En effet, les personnes peu actives courent un plus grand risque d’avoir des problèmes de santé ou des maladies graves : le surpoids ou l’obésité, le diabète, les maladies du cœur, l’hypertension, l’ostéoporose et certains types de cancer.

On sait que les taux élevés de surpoids et d’obésité chez les adultes, les enfants et les adolescents sont causés par les mauvaises habitudes alimentaires et l’inactivité physique. Le plus grand facteur de risque est l’abondance de repas rapides à petit prix sur le marché. Ces aliments sont riches en calories, mais pauvres en nutriments. D’autres facteurs font que trop d’adultes, d’enfants et d’adolescents sont obèses ou en surpoids : on passe trop de temps devant la télé et à jouer à des jeux vidéo. Il est extrêmement difficile de surmonter ces risques.

  • L’Enquête Campbell sur le mieux-être au Canada de 19881 et l’Enquête condition physique Canada de 1981 ont toutes les deux montré une baisse des niveaux d’activité physique des jeunes femmes à l’adolescence. C’est aussi à cet âge que 44 % des filles en 10e année disent qu’elles ont du poids à perdre (Santé Canada, 1996).

  • Les filles font MOINS d’activité physique que les garçons en dehors de l’école. Environ 25 % des filles font moins de 30 minutes d’activité physique par semaine (Santé Canada, 1996).

  • En 15 ans (de 1981 à 1996), le taux de surpoids chez les garçons est passé de 15 % à 35,4 %. Chez les filles, ce taux est passé de 15 % à 29,2 % pendant la même période. Le taux d’obésité chez les enfants a triplé, grimpant de 5 % à 16,6 % chez les garçons et de 5 % à 14,6 % chez les filles2.

  • Des études ont montré que ce que nous faisons dans nos temps libres – comme de regarder trop de télé ou de jouer à des jeux vidéo pendant des heures – nous amène à trop manger et à rester assis au lieu d’être actifs3.

  • Les enfants d’aujourd’hui, en surpoids et collés au petit écran, deviendront demain des victimes du diabète, des maladies du cœur et de l’hypertension.

Comme parent, les choix que vous faites pour mener une vie active et manger sainement joueront un grand rôle dans les saines habitudes de vie et les préoccupations de santé de votre enfant. De la même façon, vos amis, vos parents et les professionnels de la santé que vous consultez ont une grande influence sur VOS saines habitudes de vie.

 

Pourquoi l'activité physique est-elle importante pour votre avenir?

1 Stephens, T., et C.L. Craig. Le mieux-être des Canadiens et des Canadiennes : Faits saillants de l’Enquête Campbell de 1988, Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie, Ottawa (Ontario), 1990.

2 Tremblay, M.S., et D.J. Williams. « Secular trends in the body mass index of Canadian children », Journal de l’Association médicale canadienne, vol. 163, no 11 (2000), p. 1429-1433. Révisé en janvier 2001.

3 Robinson, T.N., et J.D. Killen. « Ethnic and gender differences in the relationships between television viewing and obesity, physical activity, and dietary fat intake », J Health Educ, vol. 26, no 2 (suppl.) (1995), p. S91-S98.


Je suis constamment à la course et je finis toujours par manger sur le pouce des aliments sans valeur nutritive.
Solution

Pendant la fin de semaine, coupez des légumes et gardez-les couverts au réfrigérateur, où ils se conserveront jusqu’à une semaine. Vous pouvez également choisir des aliments faciles à emporter comme des fruits entiers, des raisins secs, des noix, etc.